Focus sur Gareth Kirkland, photographe

Un sublimeur de beauté

Ce Britannique installé à Sarlat est passé maître dans l’art de sublimer les paysages de Dordogne… et d’ailleurs. Nous avons rencontré cet artiste dans sa galerie. Il nous offre quelques-uns de ses plus beaux clichés, à savourer sans modération!

TEXTE – Frédéric Lemont • PHOTOS – Gareth Kirkland

Focus sur Gareth Kirkland, photographe | Article paru dans le numéro d’été 2019 de notre magazine.

Sarlat recèle bien des secrets et Gareth Kirkland est l’un d’eux. C’est dans cette ville si emblématique du Périgord, où chaque coin de rue nous émerveille, que ce photographe a installé sa galerie située sur l’incontournable rue de la République, que les Sarladais surnomment tous (ou presque !) “La Traverse”.  

Gareth Kirkland a débarqué dans le Périgord en 2009. “Je connaissais déjà bien la région puisque mon ancienne compagne avait des attaches ici et que nous venions passer les étés dans la région”, nous explique-t-il. “J’ai toujours trouvé que la Dordogne était absolument magnifique et surtout, très photogénique. Je suis passionné par la photo de paysage, et avant d’être ici, je vivais à Londres… qui est une très belle ville, mais question paysages, ça n’est pas vraiment ça !”, ironise l’artiste avec cet humour britannique qu’on aime tant. 

Un véritable artiste… 

Gareth a donc grandi dans la capitale anglaise, où il a étudié dans une école pour artistes, dans le but de devenir acteur. Il a notamment travaillé pour le théâtre, la télévision et le cinéma et a joué dans de nombreuses publicités, très souvent tournées à l’étranger, ce qui l’a amené à pas mal voyager en Europe. Et puis un jour, il a tout simplement eu envie de changer de vie. Tout en continuant d’être acteur, il a suivi une formation d’ébéniste, un métier passionnant qui a un rapport direct avec le bois, cette matière que le savoir-faire et la créativité modèlent si bien !

(suite de l’article après les photos)

L’angle qui fait la différence   

Mais, si vous demandez à Gareth quels ont été ses premiers amours artistiques, il vous répondra sans la moindre hésitation que c’est la photographie : “Mon père était artiste-peintre. Et lui aussi se consacrait aux paysages, qu’il peignait d’après des photos qu’il prenait lui-même. C’est lui qui m’a offert mon premier petit Panasonic argentique. J’ai alors commencé à l’utiliser pour tenter de composer les plus jolies images de paysage possible, en essayant de trouver l’angle qui faisait la différence”.Mais, comme pour tous les métiers artistiques, il n’est pas forcément évident de parvenir à en vivre. Gareth a pourtant arrêté son activité d’ébéniste pour se consacrer à sa passion.

 

Sur les marchés de Dordogne

Fraîchement débarqué à Sarlat, il a l’idée d’essayer de vendre des tirages de ses paysages sur les marchés très fréquentés de Domme, Cénac-et-Saint-Julien, Carsac-Aillac, St Cyprien et bien sûr, de Sarlat-la-Canéda, épicentre touristique de la région… “Je dois dire que je ne m’attendais pas à ce que ça marche aussi bien pour moi ! Sur les marchés, des touristes achetaient mes tirages comme souvenirs. Des gens du coin se sont aussi avérés intéressés. Pour décorer chez eux, pour offrir…”. Gareth travaille aussi pour des hôtels – au moment où nous l’avons rencontré, il était justement en train de finir la préparation de trente tirages pour un établissement des environs.

 (suite de l’article après les photos)

Pour prendre une seule photo dont il se satisfait, ça prend parfois des semaines à ce passionné rigoureux et perfectionniste, qui commence par partir en repérage pour trouver le bon endroit et le bon angle. Ensuite, comme il aime particulièrement la lumière du lever et du coucher de soleil, il lui faut arriver sur place au moins une heure avant pour tout préparer. C’est alors que le photographe se transmute en un œil attentif et patient, qui devra savoir attendre pour recevoir ce que la nature lui offrira ce jour précis, à cet endroit précis…

 

Patience et récompense  

Et si ce n’est pas le bon jour, qu’à cela ne tienne : Gareth remballe et reviendra une autre fois. “Parfois, je reviens 20 ou 25 fois sur un même lieu”. Pour Gareth, il y a un côté quasi spirituel et méditatif à la pratique son métier : “La photo, c’est un moment de lumière. Même 10 ans après avoir pris une photo, je me souviens parfaitement de ce que je pensais, des circonstances, de mon ressenti, de ce bien-être absolu, de la communion entre mon esprit, mes sens et la nature”… Ou quand la lumière qui entre dans l’objectif de l’appareil nourrit aussi l’âme d’un artiste !

Aujourd’hui, Gareth continue à réaliser lui-même ses tirages – ceux que l’on peut s’offrir dans sa galerie sarladaise tenue par sa compagne Marie-Line. Et pour à ceux que la photo fait rêver, Gareth propose de partager son savoir-faire lors de stages pour novices, amateurs ou confirmés, avec votre matériel de pro ou un simple petit appareil… En attendant, savourons un échantillon de son travail en pages suivantes… ■

• Admirez le travail de Gareth Kirkland dans sa galerie du 35 rue de la République, à Sarlat-la-Canéda  

+ D’INFOS sur Gareth Kirkland, photographe en cliquant ici.

Abonnez-vous
1 an (4 numéros) pour 25€

FRANCE MÉTROPLOLITAINE

Par Paypal en quelques clics :

Ou dans notre kiosque en ligne…

OUTRE-MER & INTERNATIONAL

Par Paypal en quelques clics :

Ou dans notre kiosque en ligne…

– Votre abonnement démarrera avec l'envoi du prochain numéro –