Thibault Lafleuriel, souffleur de verre à Terrasson

Rencontre avec un artisant d’art passionné

Installé dans une échoppe de la ville ancienne de Terrasson-Lavilledieu, ce jeune souffleur de verre accueille le public pour partager avec lui son amour pour un métier d’art tout en rondeur…

Texte & photos – Frédéric Lemont

(Thibault Lafleuriel, souffleur verre à Terrasson | article paru dans le numéro de printemps 2018)

Thibault Lafleuriel tient l’une des échoppes les plus spectaculaires et intimidantes de Terrasson ! Il est verrier. Souffleur de verre. Un véritable artiste qui utilise le verre comme matière première bouillante pour composer une multitude d’œuvres qui jouent avec la transparence, les couleurs, la lumière et les textures. En entrant dans son échoppe, il est des chances pour que Thibault soit en plein travail. Vous le trouverez certainement en train de chauffer son verre dans l’un de ses fours, ou de le souffler pour obtenir des formes parfaitement maîtrisées.

Fondre, souffler, créer…

Le regarder travailler est un spectacle. Ses mains dansent autour du long tube de métal qu’il fait tourner d’un geste assuré, tantôt à droite, tantôt à gauche. Le verre en fusion l’accompagne dans cette chorégraphie bien huilée où chaque geste compte. Alors qu’il continue à travailler, le jeune homme de 32 ans originaire d’Alsace nous explique qu’il est en train de souffler une douzaine de sphères pour des clients qui souhaitent créer un lustre unique pour leur salon.

Une vraie chorégraphie

Ses mains gracieuses s’agitent. Le verre, rougi par la chaleur de son four à 1 100°C, presque liquide, mais pas tout à fait, en tout cas malléable, modulable, se laisse dompter. Tout le corps de l’artiste bouge avec la matière. Ou plutôt, la matière bouge avec l’artiste… Originaire de Strasbourg, Thibault a passé un bac Arts appliqués avant d’entamer une formation de soufflage de verre en 2003 et de passer un CAP en un an à Sarrebourg puis un BMA en deux ans à Yzeure. S’en suivent de nombreuses expériences venues enrichir son parcours

Thibault Lafleuriel est un artisan accompli. Mais aussi un artiste qui sait s’exprimer, rechercher, tester et utiliser sa créativité en se lançant dans de multiples projets. Sa résidence de création au Musée/Centre d’Art du Verre de Carmaux lui a notamment permis de créer en toute liberté. En 2015, il a fait une recherche sur le plancton et les méduses, qu’il a sublimés et stylisés grâce à des techniques très pointues.

Des créations sur-mesure

Demandez-lui de vous montrer sa “lost city”, qu’il expose dans son échoppe : une ligne d’horizon digne de celle d’une mégapole translucide, faite de verre coupé et sablé ! Son interprétation de Babel est aussi une poésie à elle toute seule… Aujourd’hui, Thibault travaille dans cette échoppe- atelier où il a allumé ses fours depuis 4 ans déjà. Des fours qu’il n’éteint pas très souvent. Et pour cause : il faut 3 jours pour les monter à 1 100°C et tout autant pour refroidir le système. Il propose ses créations aux visiteurs : animaux, vases, carafes, boules de Noël, de très décoratifs réservoirs d’eau pour plantes. Si vous avez une pièce à réparer, Thibault est partant !

Apprendre avec un pro

Il propose aussi des stages de 30 minutes pour ceux qui veulent s’essayer au soufflage. Pour une trentaine d’euros, vous pourrez réaliser deux créations grâce à votre souffle incomparable… et repartir avec ! Le souffleur fait aussi du sur-mesure, alors n’hésitez pas à le solliciter, il adore les commandes particulières. ■

+ D’INFOS sur Thibault Lafleuriel en cliquand ici.

Une brève histoire du verre…

L’histoire du verre remonte à la Préhistoire. En 100 000 av. J.-C., l’obsidienne, un verre volcanique naturel, est déjà taillée par l’homme pour former des pointes de flèches. Les tectites, billes de verre formées par des impacts avec des météorites, servent de bijoux. Les fulgurites, petits tubes issus de la fusion du sable atteint par un éclair, sont eux aussi connus. Les premiers verres fabriqués par l’Homme remontent au Ve millénaire. Ils sont originaires de Mésopotamie, de Syrie ou d’Égypte, de Chypre et de la Mer Égée. Réalisés selon la technique du moulage, ils ne sont pas encore transparents ou translucides. Les verres transparents arrivent vers 1 500 av. J.-C. Et le verre soufflé fait son apparition au IIIe siècle av. J.-C.

Retrouvez cet article et bien d’autres en lisant le numéro 2 du magazine L’Édition Périgord que vous pouvez commander et recevoir dans votre boîte aux lettres en cliquant ici.

Abonnez-vous
1 an (4 numéros) pour 25€

FRANCE MÉTROPLOLITAINE

Par Paypal en quelques clics :

Ou dans notre kiosque en ligne…

OUTRE-MER & INTERNATIONAL

Par Paypal en quelques clics :

Ou dans notre kiosque en ligne…

– Votre abonnement démarrera avec l'envoi du prochain numéro –