Périgueux : la cathédrale Saint-Front

Un édifice unique qui nous livre ses secrets

Grimpons sur les toits de la cathédrale et revenons sur la terre ferme pour découvrir cet édifice unique en Europe qui fait la fierté du Périgord et de périgueux…

TEXTE & PHOTOS – Frédéric Lemont

La cathédrale Saint-Front de Périgueux livre ses secrets | Article paru dans le numéro d’automne 2019 de notre magazine.

Monument historique majeur, la cathédrale Saint-Front a rouvert ses toits au public au printemps dernier et de nombreux visiteurs se sont pressés pour découvrir avec stupéfaction ses dômes si emblématiques ! Les Amis de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, association qui œuvre pour valoriser et embellir ce patrimoine, nous ont guidés au travers de l’édifice qui ne laisse pas indifférent…

 

Dômes ou coupoles ? 

On qualifie Saint-Front “d’église à coupoles”. Mais, au fait, connaissez-vous la différence entre une coupole et un dôme ? Rendez-vous à la fin de l’article pour le savoir… Restaurée durant la seconde moitié du XIXe siècle par l’architecte Paul Abadie, qui concevra plus tard le Sacré-Cœur à Paris, la cathédrale Saint-Front demeure l’un des édifices les plus atypiques d’Europe.

Son plan en croix grecque n’est pas sans rappeler celui de l’église Saint-Marc de Venise. Cependant, et on le comprend aisément en admirant ses dômes de pierre dentelée, c’est en réalité l’église des Saints-Apôtres de Constantinople qui lui servit de modèle.

L’évangélisateur du Périgord 

Son nom, la cathédrale de Périgueux le doit à l’évangélisateur du Périgord, dont le tombeau donna naissance au “Puy Saint-Front”, cité ancêtre du Périgueux d’aujourd’hui. “L’implantation de Saint-Front au flanc d’une colline a permis de développer sous ses différentes travées un ensemble complexe de cryptes et de chapelles souterraines ou semi- enterrées”, selon Les Amis de la cathédrale Saint-Front de Périgueux.

Un jeu d’escaliers, partant des nefs, permettait d’accéder aux cavités souterraines ; ils sont maintenant obturés”. “La première église fut bâtie par l’évêque Chronope vers 500-536. Mais, les Normands la détruisirent vers 845. Le lieu attirant de plus en plus de monde, l’évêque Frotaire est envoyé à Périgueux en 976, par Hugues Capet, pour construire la grande abbaye de St-Front qui sera consacrée en 1047”.

(suite de l’article après les photos)

L’église abbatiale ne pouvant pas accueillir les pèlerins du chemin de Saint-Jacques de Compostelle, une église à coupoles est donc érigée au cours du XIe siècle, dans le prolongement de l’édifice existant. L’autel servait alors pour les deux églises : l’ancienne dont le chœur se trouvait à l’est et la nouvelle à l’ouest. Vers 1350 l’église à coupoles est allongée à l’est par une abside gothique. On ne construit pas une abside, mais une chapelle (Saint-Antoine).

Des reliques jetées à l’eau      

En 1525 l’église paroissiale (Saint-Jean-Baptiste puis Sainte-Anne) accolée au nord-est, est installée à l’endroit où se situe l’actuelle chapelle de la Vierge. En 1551 et en 1575, les huguenots pillent Saint-Front et en détruisent le mobilier. Les reliques du saint sont emportées au château de Tiregand à Creysse, en espérant sans doute qu’elles puissent être monnayées. Voyant qu’ils ne pourraient très probablement rien en tirer, les huguenots finissent pas les jeter dans la Dordogne, sans autre forme de procès… Au XVIIIe siècle, les dômes sont en très mauvais état. On les coiffe donc d’une charpente cruciforme couverte d’ardoises.

 

Abadie défait et refait     

C’est en 1852 que Paul Abadie attaque la restauration de Saint-Front qui durera un demi-siècle. Ou devrait-on plutôt écrire la “reconstruction”, puisque l’église est entièrement “démontée” pour être ensuite rebâtie. Les proportions des dômes et des coupoles sont alors exagérées – les restaurations de cette époque, à l’instar de celle de Notre-Dame par Viollet-le-Duc, étaient souvent réalisées en allant jusqu’au bout de l’intention initiale des architectes, pères des bâtiments d’origine.

Abadie respecte cependant les plans et la taille de l’édifice, mais redessine l’ensemble de l’architecture. À cette occasion on détruit les bâtiments accolés à l’édifice, ainsi que les chapelles Sainte-Anne et Saint-Antoine. Les cryptes du XIIe siècle n’ont quant à elle pas été touchées par ce “remaniement”.

(suite de l’article après les photos)

Des traditions oubliées 

En ce qui concerne le mobilier tout à fait exceptionnel de la cathédrale Saint-Front, on note bien évidemment le retable du XVIIe siècle consacré au thème de l’Assomption de la Vierge Marie (qui provient de la chapelle du couvent des Jésuites de Périgueux), la chaire (de même provenance), supportée par un impressionnant Sanson accroupi, l’autel de l’absidiole sud en marbre de Carrare et polychromes des Pyrénées qui date du XVIIIe (il provient de la chartreuse de Vauclaire près de Montpon, en Dordogne) et les stalles venant de l’abbaye royale de Ligueux, en Dordogne… 

Orgues signées par Joseph Merklin 

Les cinq lustres monumentaux, dont le plus grand, qui pèse 500 kg, est une représentation de la Jérusalem céleste, ont été imaginés par Abadie lui-même et ont servi lors du fastueux sacre de Napoléon III en la cathédrale Notre-Dame de Paris. Quant aux magnifiques orgues, elles ont été présentées à l’Exposition universelle de Paris en 1869 par le mythique facteur Joseph Merklin.

Comme promis au début de cet article, nous vous expliquons la différence entre une coupole et un dôme. La coupole est un élément intérieur du monument, une voûte hémisphérique intérieure. Le dôme, qui peut donc être l’extrados d’une coupole, est le sommet arrondi d’un édifice (vu de l’extérieur, donc). ■

Retrouvez la suite de cet article en lisant le numéro 7 du magazine L’Édition Périgord que vous pouvez commander et recevoir dans votre boîte aux lettres en cliquant ici.

+ D’INFOS sur la cathédrale Saint-Front de Périgueux en cliquant ici.

Abonnez-vous
1 an (4 numéros) pour 25€

FRANCE MÉTROPLOLITAINE

Par Paypal en quelques clics :

Ou dans notre kiosque en ligne…

OUTRE-MER & INTERNATIONAL

Par Paypal en quelques clics :

Ou dans notre kiosque en ligne…

– Votre abonnement démarrera avec l'envoi du prochain numéro –