Richard Cœur de lion et les châteaux du Périgord

Replongeons-nous dans l’Histoire…

L’ombre de Richard Ier d’Angleterre, dit Cœur de Lion, plane encore sur le Périgord où il a divisé les seigneurs pour mieux conquérir. Revenons sur son histoire mouvementée et visitons quelques châteaux qui l’ont vu briller. Ah… si les murs pouvaient parler !

Texte – Claude Saint-Hilaire & Frédéric Lemont

(Richard Cœur de Lion et les châteaux du Périgord | article paru dans le numéro de printemps 2018)

C’est d’une époque charnière pour l’Histoire de France dont il s’agit ici. Une période témoin de nombreux changements territoriaux, dont le plus surprenant a découlé du remariage d’Aliénor d’Aquitaine avec le roi d’Angleterre… après qu’elle fut l’épouse du roi des Francs (lire en page suivante). Fils préféré d’Aliénor d’Aquitaine, Richard naît sur le sol anglais le 8 septembre 1157, au palais de Beaumont à Oxford. Mais, il résidera surtout en France dans le royaume légué par son père, Henri II Plantagenêt.

Contre l’autorité paternelle

On dit même que Richard, qui fut pourtant propulsé roi d’Angleterre, ne parlait pas un traître mot d’anglais. Dans un premier temps, et selon la tradition, Henri II Plantagenêt lègue le trône d’Angleterre et le Duché de Normandie à son fils aîné, Henri de Court-Mantel.

Richard se voit quant à lui confier l’Aquitaine et l’Anjou, dont Aliénor est elle-même l’héritière. Il ne prévoit rien pour son autre fils Jean, le petit dernier, surnommé Jean Sans Terre. Après le décès de l’aîné, Henri de Court-Mantel, Richard devient le nouvel héritier du trône d’Angleterre. Impatient de régner, il se révolte contre son père et s’allie avec l’ennemi principal des Plantagenêt, Philippe Auguste, roi de France. Il est couronné le 3 septembre 1189 à Westminster avant de partir en croisade.

De nombreux rebondissements

Son règne, mené tambour battant, durera seulement dix ans… Pendant ce temps, et puisque nous aurons aisément compris que les histoires de familles de Plantagenêt ont connu autant de rebondissements que Les Feux de l’amour, Jean Sans Terre profite de l’opposition entre ses frères et son père pour devenir le chouchou de son papa, qui lui offrit l’Irlande et des terres sur le continent. Jean devint finalement roi en 1199…

Mais revenons à Richard Cœur de Lion – ce surnom lui vient de son ardeur au combat et de ses promesses guerrières, chargeant dans les batailles, lance en avant, ou se frayant un passage dans les mêlées à coup d’épée…

Il participe à la troisième croisade en Palestine, mais échoue devant les portes de Jérusalem. Sur le trajet de retour, en 1193, il est fait prisonnier par Léopold d’Autriche, puis livré à l’empereur Henri VI. Après treize mois d’emprisonnement, il est libéré contre une rançon astronomique rassemblée par Aliénor : 100 000 marcs d’argent – soit 34 tonnes du métal précieux !

Retour en Angleterre

De retour en Angleterre, il entre en conflit avec le roi de France et édifie un énorme complexe fortifié en Normandie – notamment le fameux Château-Gaillard. Se tournant vers l’Aquitaine, il attaque son vassal, le vicomte Aymar de Limoges qui s’est rebellé contre lui et qui possède le château de Châlus-Chabrol. UN TRÉSOR ANTIQUE JAMAIS RETROUVÉ Richard Cœur de Lion va assiéger en personne l’édifice. Précisons qu’il a entendu parler d’un trésor antique soi-disant caché là – une sorte de retable en or massif pour certains historiens, des statues romaines en or pour d’autres… 

Un trésor antique jamais découvert

Un trésor jamais découvert ! C’est le matin du 6 avril 1199, devant ce château, alors qu’il est en train d’inspecter les troupes sans armure, que Richard Cœur de Lion reçoit une flèche d’arbalète supposément décochée par un certain Bertrand de Gourdon. Il mourra quelques jours plus tard des suites d’une douloureuse gangrène. À 80 ans, Aliénor qui lui ferme les yeux. Son cœur fut embaumé – l’un des premiers à l’avoir été avec de l’encens, puis transporté à Rouen pour y reposer dans un gisant de la cathédrale. ■

La belle Aliénor change l’Histoire

Chantée par le célèbre troubadour occitan Bernard de Ventadour, elle est très belle, Aliénor ! En 1137, elle épouse Louis VII. Le roi des Francs et fils de Louis VI Le Gros – lui-même arrière-arrière-petit-fils d’Hugues Capet – devient donc duc d’Aquitaine grâce à ce mariage.

Au sujet de son mari tourmenté et peu militaire, Aliénor lancera un jour : “Je croyais avoir épousé un homme et non un moine”. En 1147, les époux royaux partent en croisade. Mais, ils ne s’entendent plus. À tel point que leur retour se fera sur deux bateaux différents. Le mariage est annulé en mars 1152 (le divorce n’existe pas à l’époque).

Elle inverse le rapport de force

En 1154, à 32 ans, Aliénor épouse Henri II Plantagenêt, un beau jeune homme de 21 ans à qui elle apporte ses terres, dont l’Aquitaine, inversant ainsi le rapport de force entre les Francs et l’Angleterre. Elle devient donc Reine d’Angleterre – mais aussi de la “France Anglaise”, des Pyrénées jusqu’à Calais. Elle donnera huit enfants à Henri II, dont Richard Cœur de Lion, Henri dit le Jeune – qui fut roi d’Angleterre conjointement avec son père– et Jean Sans Terre.

En 1200, elle se retire à Fontevraud. Elle meurt un soir de mars 1204 et s’installe dans la légende.

Retrouvez l’intégralité article dans le numéro 2 du magazine L’Édition Périgord que vous pouvez commander et recevoir dans votre boîte aux lettres en cliquant ici.

Abonnez-vous
1 an (4 numéros) pour 25€

FRANCE MÉTROPLOLITAINE

Par Paypal en quelques clics :

Ou dans notre kiosque en ligne…

OUTRE-MER & INTERNATIONAL

Par Paypal en quelques clics :

Ou dans notre kiosque en ligne…

– Votre abonnement démarrera avec l'envoi du prochain numéro –